Le Lutetia nous accueille le 18 décembre. Portrait.

Par défaut

Construit en 1910 à l’initiative de Mme Boucicaut, propriétaire du grand magasin le Bon Marché « afin que ses importants clients de province fussent logés dans un établissement tout proche et correspondant à leur train de vie, quand ils venaient faire leurs courses à Paris », l’hôtel Lutetia fut le premier hôtel Art déco à Paris. Situé au cœur de Saint-Germain-des-Prés, il fut témoin du renouveau artistique de l’entre-deux-guerres, accueillant de nombreux peintres et écrivains (Picasso, Matisse, André Gide, James Joyce, Samuel Beckett, Saint-Exupéry…). Albert Cohen y écrivit son chef d’œuvre Belle du Seigneur.

Y vécurent également Alexandra David-Néel de retour de ses voyages en Extrême Orient, la chanteuse Joséphine Baker accompagnée de ses nombreux enfants, le Général de Gaulle à l’occasion de sa nuit de noces. Aujourd’hui encore, de nombreuses célébrités internationales apprécient le charme discret de l’hôtel Lutetia, lieu de leurs rencontres ou de leur résidence. Son âme se nourrit toujours de la présence d’œuvres originales au travers d’expositions permanentes des sculptures de Philippe Hiquily, Arman, César et Chemiakin ou des peintures de Thierry Bisch. En 1985, l’hôtel a été redécoré par la designer Sonia Rykiel.

Le 14 juin 1940, les Allemands entrent dans Paris. Le lendemain, l’hôtel est réquisitionné par l’Abwehr, le service de renseignement et de contre-espionnage de l’occupant, qui y installe son QG. Il devient alors un centre de torture qui, cruel euphémisme, se cache sous le terme d’« interrogatoire forcé ».

À la Libération, le Lutetia est cette fois réquisitionné par le général de Gaulle et accueille les déportés à leur retour des camps de concentration. C’est Sabine Zlatin, surnommée la « dame d’Izieu », qui assura la mise sur pied du centre d’accueil, vers lequel convergeaient les familles à la recherche d’information sur d’éventuels proches déportés. Aujourd’hui, une plaque posée à l’extérieur de l’hôtel rappelle cet épisode.

De 1955 à 2005, l’hôtel Lutetia a été la propriété de la famille Taittinger. En 1973, l’ensemble des hôtels du Groupe tels l’Hôtel de Crillon, l’Hôtel du Louvre ou l’Hôtel Lutetia furent réunis au sein du Groupe des Hôtels Concorde. Aujourd’hui, celui-ci compte 83 établissements répartis à travers le monde. Le groupe a été vendu en 2005 par la famille Taittinger au groupe américain Starwood.

Considéré comme le seul palace de la Rive gauche, la moitié de sa clientèle est française, ce qui est très rare. Certains initiés disent « à Lutetia » et non « au Lutetia ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s