Un peu d’histoire (suite…). Du banquet gaulois.

Par défaut

Avec les Grecs, les Etrusques, voisins des Grecs d’Italie du sud adoptent le goût pour le vin et les premiers vins italiens voient le jour en 700 av JC. Les fastes de leurs banquets n’ont rien à envier à ceux des grecs. Ils restent réservés à une élite à laquelle prennent cependant part à présent les femmes. Musiques et vins y font toujours très bon ménage.

Héritiers des grecs et des Etrusques, les romains poursuivent le développement des vignobles italiens. Un commerce favorisé par l’hégémonie de Rome sur la Méditerranée à partir du IIIe siècle. Qui ne connaît pas Bacchus,  dieu du vin, de l’ivresse, des débordements, notamment sexuels, ainsi que de la nature. Il est d’ailleurs la représentation romaine de Dyonisos dans la mythologie grecque. Vinum et musica laetificant cor ! (Le vin et la musique réjouissent le coeur)

Le Gaulois à leur tour voient rapidement dans le vin un avantageux remplaçant à la pâle cervoise. Le vin vient très vite accompagner la musique qui fait partie intégrante de la vie quotidienne, tant pour les cérémonies publiques que privées mais encore une fois, seuls les aristocrates gaulois consomment régulièrement du vin et le distribuent largement lors de leurs fameux banquets.

Le banquet était surtout une démonstration de richesse et une marque de prestige. Basé sur une aristocratie opulente, le système social des Gaulois trouvait dans ces banquets matière à compétition. Dépenser sans compter en vins et victuailles permettait en effet d’accroître sa popularité et de s’attirer un large soutien, gage de puissance.Produit de luxe, le vin coûtait en effet le tarif exorbitant d’«une amphore contre un esclave». C’est dire si son étalage public à une telle échelle conférait du prestige à l’organisateur du festin.

Durant les banquets, on joue de la musique soit comme spectacle, soit pour accompagner des récitants de hauts faits héroïques et mythologiques, de discours ou de poèmes improvisés. Les participants s’allongeaient sur des litières de paille ou de branches et formaient un simple cercle autour des musiciens. Les bardes, acteurs importants des banquets nous disent les auteurs antiques, sont des musiciens et poètes qui accompagnaient leurs chants, louanges et satires d’un instrument semblable à une lyre. Membres de l’élite intellectuelle, ils tenaient une place prépondérante dans la société celtique de l’Antiquité en perpétuant la transmission orale.
Dans les cérémonies nuptiales et funéraires, la musique est toujours présente. De la musique il y en a aussi durant les actions en justice, les investitures de magistrats, les comices…
Mieux que bière ou vin de pommes
Mieux vaut vin gaulois !
Mieux que bière ou vin de pommes
Mieux vaut vin gaulois !

Tan ! Tan ! Terre et ciel !
Chêne, feu rouge et soleil
Tan ! Tan ! Glaive clair,
Flots de sang vermeil !

Les Gaulois étaient de grands buveurs et ils terminaient leurs repas éméchés, dans un sommeil profond ou dans un état proche du délire total…

L’historien et philosophe grec Posidonius a dressé un portrait des gaulois à table : « Ils mangent proprement, mais avec un appétit de loup. Ils prennent les pièces de viande à pleines mains et les dévorent en les rongeant jusqu’à l’os. » On s’y croirait… Au fait, ça ne vous rappelle personne ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s